Art et entreprise : les nouveaux territoires de convergence
#1 La collection d’entreprise, un engagement pérenne

Pascale Cayla, Christopher Crimes, Anne Wachsmann Guigon et Ann Hindry

27 mars 2017 | Fondation d’entreprise Linklaters

Il n’est pas rare que l’entreprise s’empare de l’art contemporain à travers des actions coup de poing et à renfort de grandes campagnes de communication mais il existe aussi des initiatives plus discrètes et engagées sur le long terme pour soutenir la création contemporaine. Au-delà des questions d’image, la collection d’entreprise est l’exemple type d’une action pérenne. Les manières d’élaborer ces collections sont infiniment variées comme le prouvent les trois exemples choisis pour cette Rencontre : l’acquisition de photographies par la Fondation d’entreprise Linklaters permet la constitution d’une Collection et de promouvoir la photographie auprès des collaborateurs en ayant une vocation à la fois pédagogique et culturelle, la collection d’entreprise Renault se démarque en s’immisçant directement dans le soutien technique et logistique aux artistes, quant au N.A! Fund, c’est motivé par une action durable qu’il a choisi de s’inscrire dans la production d’œuvres.

 

Ann Hindry, directrice de la collection d’art Renault

Ann Hindry
Ann Hindry est historienne de l’art et critique d’art, conservateur de la Collection d’Art moderne de Renault, entre New York et Paris. En 1988, elle prend la direction de la revue Artstudio, enseigne de 1994 à 1998 l’art contemporain à l’ENSCI, prend en 1996 la charge de la collection Renault.
La collection d’art Renault
La collection d’art moderne de Renault, constituée dans un premier temps entre 1967 et 1985, est aujourd’hui riche de quelque 300 œuvres d’une trentaine d’artistes majeurs : Arman, Dubuffet, Tinguely, Vasarely, Erro, Soto, Rauschenberg, Michaux… Au cœur d’un rapprochement inédit entre l’art et l’industrie, la collection Renault est singulière dans son approche car elle ne vise pas l’achat d’objets d’art déjà achevés. La démarche, développée de 1967 à 1985 et reprise en 2010 est à la fois plus ambitieuse et pragmatique : proposer une collaboration active entre des artistes précurseurs et Renault. Renault met à disposition des artistes un soutien technique, logistique, humain. Un atelier de création à grande échelle qui ouvre la voie à des collaborations aussi fructueuses qu’inattendues : fourniture de pièces automobiles pour les expansions de César, expertise des ingénieurs Renault pour répondre aux interrogations techniques d’un Vasarely ou d’un Dubuffet, approvisionnement de Rauschenberg ou de Tinguely qui ironisent sur les débris de la société industrielle…


Anne Wachsmann Guigon, présidente de la Fondation d’entreprise Linklaters

Anne Wachsmann Guigon
Avocat associé chez Linklaters, responsable du département concurrence, Anne Wachsmann Guigon a été classée dans le « top 100 » des femmes juristes antitrust dans le monde en 2016 (Global Competition Review). Anne est également Présidente de la Fondation d’entreprise Linklaters créée en 2015. Première Fondation lancée par un cabinet d’avocats en France, elle œuvre à travers deux axes qui témoignent des valeurs d’excellence et de créativité portées par le cabinet : la pédagogie solidaire pour combattre les diverses formes d’exclusion à travers l’éducation, l’aide à la recherche d’emploi et au retour au travail ainsi que l’encouragement de l’entrepreneuriat et le mécénat culturel, en soutenant des expositions d’art contemporain de premier plan et par sa collection de photographies exposée dans les locaux de Linklaters.
Fondation Linklaters
Crée en 2015, la Fondation est engagée dans une politique de mécénat muséal et institutionnel, à laquelle s’adosse une collection de photographies contemporaines créée en 2010 et exposée dans les bureaux de Linklaters. Enrichie au fil des ans, elle compte parmi les plus récentes acquisitions des œuvres de la série Yokainoshima de Charles Fréger exposées aux Rencontres d’Arles en 2016, des photos issues de la série La France de Raymond Depardon, une série de Mathieu Pernot, exposé au Musée du Jeu de Paume et à la Maison Rouge en 2014, ainsi qu’une dizaine de clichés en couleur de Bernard Plossu.

Christopher Crimes, directeur de N.A! Fund

Christopher Crimes
Après plusieurs années dans l’audiovisuel, Christopher Crimes intègre la Maison de la Culture du Havre puis dirige la production du théâtre de Mâcon, d’ouvrir la Filature-Scène Nationale à Mulhouse. Insatiable créatif, il a également travaillé à mettre en place la Web TV et la communication / signalétique virtuelle pour le Quai d’Angers. Depuis 2013, il travaille main dans la man avec Bertrand Jacoberger, pour le N.A! Fund, fonds de dotation qui soutient la création contemporaine en lien avec la nature l’environnement et des enjeux de société, à travers des actions discrètes mais fortes : production d’œuvres, accompagnement d’artistes à Documenta…
N.A! Fund
Portée par Bertrand Jacoberger, propriétaire de Solinest et N.A (Nature Addicts), N.A! Fund se définit comme un acteur artistique engagé dans le développement durable, la sauvegarde de l’environnement et la biodiversité. Le Fonds souhaite contribuer à une démarche moins anxiogène, moins culpabilisante en partageant les réelles préoccupations des experts et des scientifiques avec la vision subtile, sensible et décalée des artistes. N.A! Funds n’entend se substituer ni aux projets ni aux financements existants – surtout publics -, mais encourager de nouveaux espaces de travail, un nouveau rythme de rencontre favorisant la réflexion, l’échange et la production de projets différents. C’est pourquoi il a fait le choix d’un processus décisionnel original : l’Académie itinérante. Loin du court-termisme ambiant, N.A! Fund fait le choix affirmé de projets pluriannuels, d’une vision à long terme.
Le fonds a pour objet de soutenir la Jeune scène artistique française et européenne, en particulier dans le domaine du spectacle vivant et des arts plastiques.